La procrastination, un problème mal posé

motivation et procrastination30% des Français qui lisent rêvent d’écrire… Seul un petit pourcentage réalise son rêve. J’ai observé que ceux qui vont jusqu’au bout présentent un premier symptôme : l’appel. Ils sentent en eux un appel impérieux à délivrer leur message au monde, à raconter leur histoire, à témoigner. Et quand ils y réfléchissent d’un peu plus près, leurs yeux se mettent à briller. Mais bien souvent, les peurs se réveillent.

Les blocages

Einstein disait : Un problème sans solution est un problème mal posé. La procrastination résulterait ainsi d’un problème mal posé dont on remet la solution au lendemain. C’est ce qui va nous mettre en tension : d’un côté l’appel, de l’autre, les « objections raisonnables » (voir colonne Les blocages dans le prochain paragraphe). La tension ce n’est pas très agréable, mais quand vous commencez à vous justifier, vous renforcez le blocage ! Vous « bouclez la boucle ». Vous n’auriez pas pu trouver de meilleure manière de ne pas écrire !

Un problème sans solution est un problème mal posé.

Blocages, peurs et bonnes questions

Vous vous reconnaîtrez peut-être dans un ou plusieurs de ces programmes. Et ils sont tous le nid de la procrastination, ce vilain défaut.

Les peurs et blocage à l'origine de la procrastination
A l’origine de la procrastination sont souvent des peurs et blocages. CLIQUEZ POUR AGRANDIR

Ainsi, si vous n’êtes pas la bonne personne, que vous ne vous autorisez pas à vous accomplir et que le fait d’avoir un impact sur le monde vous donne un frisson de terreur, je comprends pourquoi vous n’écrivez pas !

Les résolutions du Nouvel An

Le piège est tendu, là devant vous : vous risquez de vous attaquer à votre « problème » en faisant des efforts. Comme pour perdre du poids, vous allez mettre en place un dispositif contraignant pour apaiser votre tension en vous disant que cette fois-ci ça y est, vous êtes décidé. Mais comme pour les régimes alimentaires, cela ne va pas durer.

Pourquoi les résolutions du Nouvel An ne tiennent pas ? Parce que vous essayez de changer sans résoudre votre problème. Et là, vous vous dites : « Cela ne sert à rien de changer mes comportements, je veux comprendre. Je vais aller chez un psy. Cela suffit, j’ai décidé de savoir le pourquoi du comment ». Et vous allez y passer plusieurs séances et c’est vrai, vous allez apprendre à mieux vous connaître. Enfin, vous saurez quelles sont les peurs qui vous bloquent. Mais pour autant, vous ne saurez pas par où commencer ou pire, vous aurez trouvé une bonne occasion de les ressasser…

Stop à l’effort inutile !

Evitez-vous tous ces efforts inutiles. Commencez à produire de la matière en répondant aux questions suivantes. Elles ont été conçues pour produire des apprentissages en vous. Prenez-le comme un jeu et surtout ne vous limitez pas ! C’est peut-être le début de votre prochain roman.

Posez-vous les bonnes questions

Les bonnes questions pour passer à l"écrit
Les bonnes questions à se poser pour passer à l »écrit CLIQUEZ POUR AGRANDIR

Si vous avez répondu à ces questions, vous avez commencé à produire de la matière. Bravo ! Vous venez de vous donner une autorisation majeure. Comme un enfant qui vient tout juste d’apprendre à écrire, vous avez maintenant besoin de soutien pour persévérer et vous améliorer.

Tenir sur la durée

Mettez en place un dispositif de soutien qui vous permettra de tenir sur la durée :

1.  Ecrivez vos pages du matin : dans un petit cahier, tous les matins, écrivez trois pages. Pas plus, pas moins. L’objectif est ici de faire de l’écriture automatique. Cela vous aidera à vous « vider » de ce qui vous encombre. Et surtout, si vous êtes en colère, écrivez : « Je suis en colère et d’ailleurs j’en ai marre, je crois que je vais jeter ce cahier… » Effet collatéral des pages du matin : vous prouver que quand vous en avez assez de rouspéter, vous devenez positif. Cela marche à tous les coups.

2.  Nourrissez-vous : une fois par semaine, réservez-vous deux heures rien que pour vous, pour vous faire du bien. Massage, cinéma, exposition, balade en forêt. Deux conditions : faites ce que vous avez envie et faites-le seul.

3.  Enregistrez-vous dès que vous avez des idées. Les idées, nous en avons des milliers par jour et la plupart nous traversent sans laisser de trace. Ayez toujours à portée de main un dictaphone ou installez sur votre smartphone une application gratuite pour vous enregistrer. Au pire, vous n’aurez pas perdu vos idées. Au mieux, elles reviendront à vous au bon moment. Ne soyez pas étonné. Le simple fait de les avoir enregistrées permet généralement de les stocker dans une mémoire-tampon : dès que vous en aurez besoin, l’idée reviendra d’elle-même.

4.  Ecrivez une fois par semaine à heure fixe. Le rendez-vous avec l’artiste en vous mérite bien autant d’attention qu’un contrôle dentaire ou médical, non ? Choisissez le temps que vous voulez y consacrer et tenez-vous à ce que vous avez fixé. 30 minutes sera parfait au début.

Et voilà, vous avez vaincu la procrastination !

Et vous, comment êtes-vous passé à l’action ? Laissez-nous votre message.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *