Ces grandes suppositions qui nous empêchent de changer nos mauvaises habitudes

Dans l’article précédent, Pourquoi les résolutions du Nouvel An ne marchent pas, vous avez pu découvrir que si vous ne réalisez pas les objectifs qui contribueraient à votre bonheur, c’est parce que vous ne le pouvez pas. Vous tenez encore trop à vos croyances, ces grandes suppositions. Comment pourriez-vous réaliser votre objectif alors que vous avez des motivations concurrentes cachées ?

Prendre de nouveaux chemins pour un changement définitif de ses habitudes

Si vous voulez changer vos mauvaises habitudes, il est nécessaire de remettre en causes ses grandes suppositions. N’ayez pas peur de prendre de nouveaux chemins.

Reprenons notre exemple :

J’ai peur de commencer et de ne pas finir : si je ne finissais pas, cela me confirmerait que je manque de persévérance et de volonté (en ne commençant pas, vous évitez de vous juger comme une personne manquant de volonté).

La réussite, ça se gagne à la force du poignet. Une grande supposition que nous sommes nombreux à partager !

Vous comprenez maintenant que c’est cette croyance qui transforme vos résolutions du Nouvel An en feux de paille ! Commencez par vous remercier car vous venez de faire un pas en avant. Je ne dis pas que ce sera facile de changer… Mais maintenant, votre croyance a fait surface et il devient possible d’agir pour l’invalider. Commencez par observer tous ces moments où vous agissez à partir de cette croyance et inventez de nouvelles manières de faire.

Dans notre exemple, je proposerais à la personne d’écrire des textes courts afin de se prouver que contrairement à sa croyance, elle peut terminer ce qu’elle a commencé. Je lui donnerais des consignes d’écriture amusantes, afin qu’elle contacte le plaisir d’écrire.

Et vous, quelle est votre grande supposition ? Laissez-moi vos commentaires, je me ferai un plaisir de vous faire un retour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *